Rechercher
  • Sophie Morel

La Sophrologie Et La Médecine : Pourquoi Sont-Elles Complémentaires ?

Dernière mise à jour : 18 janv. 2021

La sophrologie est souvent présentée comme étant une médecine douce, qui a pour but le mieux-être durable de la personne qui la pratique. En effet, son créateur, le professeur Alfonso Caycedo, neuropsychiatre, a étudié diverses disciplines afin d’obtenir une méthode qui soit efficace, sans pour autant que cela soit intrusif ou agressif pour l’individu cherchant à se sentir mieux. C’est de là qu’est née la sophrologie, alliant différentes techniques allant du training autogène du psychiatre allemand Schultz, à la psychologie clinique en passant par la philisophie phénoménologique d'Hegel et Husserl. Mais pourquoi la sophrologie et la médecine sont-elles complémentaires, voire même proches l'une de l'autre ?

Il est vrai que lorsqu’on est malade, et là nous ne parlons malheureusement pas d’un simple rhume, on se sent vraiment limité par nos capacités : on a l’impression que notre corps est une cage, dont on ne pourra jamais se défaire. Cette source de frustration se répercute très vite sur l’humeur de la personne affectée et peut devenir à la longue un véritable enfer. Autant pour elle que pour son entourage. De plus, comme elle doit, pour la plupart du temps, subir un traitement médicamenteux lourd, il n’est pas rare que ces derniers fatiguent et influencent l’humeur du patient. Si vous connaissez cette situation ou un de vos proches, vous comprenez ô combien c’est difficile à vivre pour tout le monde… Mais pas seulement : cela agit également sur sa santé mentale et physique, qui risque de se détériorer.


Souvent, le patient atteint d’une pathologie lourde ou chronique va ne plus voir qu’à travers ça, et ce, malgré elle. Et quoi de plus désespérant et frustrant que de ne s’identifier qu’à ça ? En effet, cette situation douloureuse réduit la production d’hormones qui jouent le rôle d’antidépresseurs, comme la sérotonine, la dopamine, entre autres.


La sophrologie aide à revenir à soi et explorer ses ressources, à mieux accepter ce que l'on traverse, à envisager d'autres perspectives et peu à peu redevenir acteur de notre existence. Les prises de consciences qu'offre la pratique régulière de la sophrologie peut donner cette force qui va vous aider à mieux gérer votre maladie au quotidien, ainsi que la douleur. Saviez-vous qu’à l'hôpital, il n’est plus rare de voir des médecins avoir recours à la sophrologie afin d’aider leurs patients ? DPetit bout d'histoire à vous partager : Pendant plusieurs années, la sophrologie ne sera réservée qu'au coprs médical. En 1970 d'ailleurs, la méthode va intéresser les médecins du monde entier. C’est à Barcelone, que se déroule le premier congrès mondial de la Sophrologie, intitulé « Sophrologie, Médecine d’Orient et d’Occident »; congrès qui va réunir 1400 professionnels venants de 42 pays.

Et si vous commenciez par lâcher prise ? C’est une étape importante lorsqu’on souhaite apprendre à se relaxer, afin de pouvoir débuter un travail sur soi. De fait, la sophrologie a bien recours à la relaxation, mais cette dernière n’est pas une fin, mais un moyen d’atteindre ce mieux-être, voire une bien-être.

N’hésitez pas à faire part de votre mal-être autour de vous, ainsi qu’auprès de votre médecin. Il ne faut pas que vous vous isoliez mentalement, sous prétexte que vous pouvez vous en sortir seul, ou que vous ne voulez pas que l’on vous voie si “faible”. Nous sommes humains, donc parfois vulnérales et faillibles. Accordez-vous donc du temps où vous prenez soin de vous. Et là, je ne parle pas que de votre santé physique, mais aussi mentale. Il est vrai que les deux s’influencent mutuellement. On le rappelle assez fréquemment d’ailleurs dans la discipline et dans bien d'autres : "nous sommes un tout." Il ne faut négliger ni le corps, ni l'esprit. C'est en ça que la médecine et la sophrologie sont complémentaires et proches.


Si vous êtes intéressé par la sophrologie, renseignez-vous auprès de votre mutuelle. Elle vous indiquera si oui ou non elle rembourse les séances. Enfin, sachez que la sophrologie ne doit en aucun cas remplacer l’avis de votre médecin, ainsi qu’un traitement médicamenteux qu'il vous aura préconisé.

En faisant régulièrement des exercices sophrologiques, votre mieux-être va peu à peu se développer. Il faut dire qu’ils sont conçus pour être pratiqués facilement et n’importe où. Vous avez rendez-vous avec votre médecin ? Pas de problème, dans la salle d’attente, vous pouvez fermer les yeux, prendre de profondes inspirations et expirer longuement afin d’oxygéner au mieux votre corps. Cela va vous détendre, puisque les tensions ressenties vont “s’évacuer” lors de l’expiration. C’est pour ça qu’on conseille de “souffler” lorsqu’on est en crise, afin de se calmer. Le nouvel air qui emplit vos poumons aère également votre cerveau et votre sang.


Vous pouvez aussi vous projeter mentalement : en vous remémorant un souvenir heureux, ou en pensant à quelque chose qui vous ferait plaisir. Dans cet exercice, l’objectif est de ressentir cette sensation de bien-être, de l’apprivoiser et de vous en emparer, pour que, lorsque vous reviendrez à l’instant présent, cette sorte de chaleur se conserve en vous et puisse vous apporter de la sérénité. Et c’est celle-ci qui va permettre de reproduire ses hormones qui nous font tant de bien. C'est fou ce que l'on peut faire grâce à notre imagination !

24 vues0 commentaire