Rechercher
  • Sophie Morel

Sophrologue Et Psychologue : Quelles Différences ?

Dernière mise à jour : 10 nov. 2020

Pour les non-sophronisants, les professions de sophrologue et psychologue s’apparentent à un seul et même métier, avec des objectifs et des moyens similaires pour y parvenir. Hors, c’est bien plus complexe que cela : en effet, ces deux métiers n’existeraient pas, et n’en formeraient donc qu’un seul ! Quelles différences y a-t-il donc entre le sophrologue et le psychologue ?

L’image cliché que l’on a du psychologue, c’est une personne installée sur son fauteuil qui vous écoute parler. Et bien, c’est en partie vrai, car il est spécialisé dans l’écoute, et sans jugement.

Que l’on n’ait personne à qui parler de nos angoisses, ou que l’on ne veuille pas en parler à ses proches, le psychologue s’avère une bonne solution. En posant des questions, il mettra au jour des choses enfouies que vous avez conservé, malgré vous. Ce professionnel est spécialiste du fonctionnement psychique. Il sait observer les comportements, le rapport que l’individu a à soi par rapport aux autres, etc.


Le psychologue n’est pas médecin. Vous n’aurez donc pas besoin de prescription médicale de la part de votre docteur. Libre à vous de faire appel à ce professionnel. Pour exercer la profession de psychologue, la personne doit être titulaire d’un diplôme reconnu par l’État. Elle doit attester d’un parcours universitaire, un master au minimum. Elle se concentre sur la partie “inconscient” de l’individu, contrairement à la sophrologie qui s’axe autour du conscient.

L’inconscient pour faire simple, c’est ce qui échappe au conscient. Dit comme ça, ça paraît évident. Ce sont souvent des émotions enfouies : peur, frustration, désirs. Mais l’inconscient, bien qu’on ait tendance à l’oublier, c’est ce qui nous permet de vivre : respirer, cœur qui bat...


Qu’on adhère ou non à ses propos, Sigmund Freud a passé la majorité de sa vie à étudier ce fascinant mécanisme. Par ailleurs, il démontre dans ses travaux que le psychisme est influencé par l’inconscient. Face à la douleur, l’inconscient développe un système de survie. Il peut ainsi décider de refouler ce qui nous fait souffrir. Après tout, il compare l’inconscient à un iceberg :

  • la face émergée est le conscient, la partie visible ;

  • celle qui est immergée, “la partie invisible” est l’inconscient.


Vous avez sûrement lu (ou même vécu) des cas où le traumatisme était tellement conséquent que la personne a oublié ce qui s’était passé à ce moment-là. Oui, il s’agit bien d’un mécanisme de survie : en refoulant ces souvenirs désagréables voire horribles, vous n’êtes pas confronté à une situation perpétuelle de peur, de honte ou de regret. Face à cette censure, l’inconscient se manifeste sous plusieurs formes, comme les lapsus, les rêves, les actes manqués, entre autres... Certains blocages ou comportements/réactions peuvent donc survenir sans que vous ayez un contrôle dessus ; et c’est normal puisque vous avez refoulé ce qui vous dérangeait.

La sophrologie intègre en son sein diverses disciplines qui vise à relaxer le sophronisant, mais pas que : elle aide à vous développer. Avec ces 5 principes, vous apprenez à gérer vos émotions, à lâcher prise, pour devenir le meilleur de vous-même. Et ce “travail” sur vous, ne va pas sans votre bonne volonté. Le sophrologue vous aide donc à développer un mieux-être, qui au fil des séances, deviendra durable. La relaxation est par ailleurs un moyen pour y parvenir, et non pas une fin en soi. Ces outils visent à vous rendre indépendant et acteur de vos décisions dans votre vie. La prise de conscience de vos limites vous montre de nouvelles perspectives, la sophrologie en devient même une philosophie de vie.


La grosse différence avec le psychologue aussi, bien qu’il y ait un temps de paroles en début et fin de séance pour faire part de sa situation, c’est que la sophrologie est une discipline psycho-corporelle. En effet, les exercices proposés par le sophrologue sont à refaire chez soi pour continuer à développer son mieux-être : respiration, détente de muscles, projection, etc. Le lien entre le corps et l’esprit est développé , l’un ne fonctionnant pas sans l’autre.




Parfois, il peut être intéressant de voir un sophrologue et un psychologue en même temps. Pour ceux qui ont un budget réduit, pensez à vous renseigner si votre mutuelle vous rembourse les frais de séances. Vous pouvez aussi participer à des ateliers de sophrologie en groupe si cette idée ne vous rebute pas : ceux-ci sont en général bien moins chers.


Connaissiez-vous ces différences entre sophrologue et psychologue ? Avez-vous essayé un des deux, voire les deux ? Si oui, n’hésitez pas à faire part de votre expérience dans l’espace des commentaires.

24 vues0 commentaire